reprise vélo suite longue coupureLe triathlon, et encore plus le cyclisme, est un sport qui n’aime pas les coupures trop nettes, trop longues. Il existe de nombreuses raisons qui expliquent une longue trève : une blessure, une impossibilité personnelle ou professionnelle, une démotivation… Au final, rares sont les triathlètes qui n’ont pas connu cela. Sauf que pour cette saison, vous avez coché sur votre agenda sportif une course qui devient donc maintenant un objectif ! Nous allons voir dans cet article comment gérer une reprise tardive d’entrainement sur différents aspects

Deux conseils pour faire une bonne reprise

Choix de la course

Même si c’est d’une logique sans nom, la course qui devient votre objectif, ce qui est différent d’une course d’entrainement, doit être placée suffisamment loin de votre reprise pour pouvoir vous entraînez sérieusement sans risquer une reprise trop rapide… et une augmentation du risque de blessure. Il semble compliqué, si vous ne reprenez l’entrainement que vers fin février de viser un résultat avant une course en juin (tout dépend de la distance bien entendu, un IM nécessitera plus de temps).

Éviter l’erreur la plus courante

« J’ai fait le fainéant (la fainéante), maintenant, je me bouge et mets les bouchées double » => c’est le meilleur argument d’une blessure à venir ! Votre corps s’est habitué à faire peu de sport, même s’il a été habitué à faire beaucoup, cela va revenir mais il faut d’abord lui rappeler les sensations. Faire du vélo ne se perd pas, c’est vrai, mais celui (ou celle) qui en fait après un long arrêt ne pourra pas faire des sorties incluses dans une préparation. Logique…

La reprise de l’entrainement

C’est la 1ère étape, il faut remettre le pied à l’étrier (enfin dans les pédales auto) mais dans une optique de « je pars faire une balade en vélo » ce qui est différent de « je pars m’entrainer ». La grosse différence est le chronomètre, les repères temporaires (etc.), bref, tout ce qui va vous faire comprendre que vous n’êtes pas en forme (et c’est normal). Ce sont ces signaux qui vous font dire « j’ai fait le fainéant… », cf l’erreur au dessus.

Il faut donc partir cool, idéalement sur un parcours peu connu, mains sur les cocottes, sans compteur (!), tranquillement. Vous pouvez également faire une sortie avec des collègues de club en reprise ou qui ont, habituellement, un niveau inférieur au votre. Une fois les sensations revenues, passez à l’étape suivante.

La fréquence d’entrainement





La fréquence d’entrainement veut dire le nombre de sorties hebdomadaires mais sans notion spécifique type intensité, PMA (etc.).  L’objectif est de sortir fréquemment mais sans faire de grandes sorties, on parle bien de fréquence et non de volume (la subtilité est importante). Exemple, en temps normal, vous roulez 3 fois 3h en vélo, ici, ce sera faire 4 ou 5 sorties de 1h30 par exemple. Une fois que vous avez la sensation que la fréquence est acquise, passez à l’étape suivante.

Le volume d’entrainement

A cette étape, vous allez reprendre vos habitudes d’entraînements et notamment votre semaine type (sorties vélo tous les lundis, mercredis et samedis par exemple). Vous allez également monter en volume kilométrique au sein de vos séances pour revenir à ce que vous faisiez avant l’arrêt. Les sorties avec votre groupe d’entrainement peuvent être reprises en faisant toutefois attention à ne pas vous griller (restez dans les roues quelques sorties). Vous allez travailler le foncier, lorsque vous retrouvez vos sensation d’avant, le développement habituel, vous pouvez passer à l’étape suivante.

 

Voir nos tarifs de plan entrainement triathlon personnalisé

 

Le contenu de la séance

C’est ici et seulement ici que vous allez travailler le spécifique, le qualitatif. Travail d’hyper-vélocité, travail de force doivent être vos priorités, notamment cette dernière qui a forcément diminué avec l’arrêt. Ensuite, une fois l’hyper-vélocité et la force retrouvée, vous pouvez inclure de la PMA…

Zoom sur la reprise post-blessure

Les 4 étapes ci-dessus sont primordiales d’autant plus si vous revenez de blessures. Le corps médical doit donner son feu vert et les temps pour passer entre les différentes étapes doivent être pris. Il vaut mieux prendre son temps que sauter (ou bafouer) une étape et risquer la rechute !

Conclusion sur la reprise du vélo après un long arrêt

Lorsque vous reprenez le vélo, il faut être honnête avec soi-même et accepter que vous avez perdu votre niveau d’avant. Il va revenir, ce n’est pas le débat mais il va falloir être patient car plus vous grillez des étapes, plus vous augmentez les risques de blessures.

 

L’Equipe Prépa Physique

Fermer le menu