La coordination (appelée coordination motrice) est un travail important à réaliser chez les jeunes joueurs, c’est la base de la technique. Trop souvent négligée dans les écoles de football, elle permet de poser les bases sur le futur des joueurs. Nous allons voir ce qu’est la coordination motrice, les facteurs importants, quand et surtout comment la travailler.

Qu’est-ce que la coordination ?

Selon Kuznetsov, la coordination est la capacité d’une personne à apprendre rapidement de nouveaux mouvements et à adapter son comportement en fonction des exigences de l’environnement. Dit autrement, la coordination motrice correspond à la capacité d’un joueur à effectuer des mouvements précis dans l’espace.

Prenons l’exemple d’un jeu de tête, il faut à la fois coordonner plusieurs muscles pour sauter mais également se placer au bon endroit. Cela nécessite donc le travail :

  • du cerveau avec l’analyse de la trajectoire,
  • des muscles, l’exécution du saut
  • de la mémoire avec la programmation du geste.

La coordination motrice n’est pas innée, elle se travaille chez les jeunes joueurs. Elle est très importante car c’est la base de la technique, c’est une des plus grandes erreurs que de travailler la technique individuelle sans travailler la coordination motrice. Vous travaillez un aspect (la force, la vitesse, l’endurance, la technique…) mais il faut mettre un rouage (rôle de la coordination motrice) entre les différents aspects travaillés. Il faut travailler en premier lieu la motricité générale avant la motricité spécifique (motricité footballistique).

La coordination facilite les mouvements précis, économiques et adaptés à une situation. Booster la coordination permet donc de booster l’apprentissage technique avec l’élargissement du répertoire gestuel.

Quelles sont les 5 qualités de coordination ?

Les 5 qualités de coordination sont des conditions d’apprentissage primordiales de tous mouvements, il s’agit de l’ORDRE :

  • Orientation : permet de tenir compte de manière continue de son corps en fonction des modifications spatiales de l’environnement.
  • Rythme : réaliser un mouvement de manière rythmée et dynamique, ou à saisir un rythme donné
  • Différenciation : Permet de contrôler les informations intérieures et extérieures et de doser, d’adapter l’engagement de la force ou la précision spatio-temporelle.
  • Réaction : Condition nécessaire pour reconnaître rapidement des situations et apporter des réponses motrices appropriées.
  • Équilibre : Permet soit de maintenir une position, soit de la trouver rapidement dans des situations difficiles.

Quelle importance a la coordination motrice dans l’apprentissage au football ?

La coordination motrice intervient dans le jeu avec ou sans ballon. La coordination avec ballon est plus complexe car il faut tenir compte d’un élément extérieur que vous devez diriger vers un point donné tout en tenant compte des aléas (état du terrain, adversaires…).  La coordination sans ballon correspond principalement à la capacité de positionner son corps selon une situation donnée (jeu aérien, tacle, changement de rythme, duels…).

Quand faut-il travailler la coordination motrice ?

Le Dr Martin Dietrich a démontré qu’il fallait entrainer et développer très tôt les qualités de coordination en raison du développement précoce du système nerveux (voir tableau ci-dessous). Il en a conclu que l’âge idéal pour travailler la coordination motrice se situait entre 9 et 12 ans, voire un peu plus tôt pour le travail sur la réaction.

coordination motrice - Martin Dietrich

Si vous êtes un lecteur assidu de notre site internet (ou mieux, si vous avez réalisé notre formation), vous savez que le travail physique en isolé (endurance, vitesse, renforcement musculaire…) ne doit débuter qu’à partir de 12 ans. Comme nous le disons dans le paragraphe qui définit la coordination motrice, cette dernière est la base du travail technique.

Comment la travailler ?

Nous vous proposons quelques conseils pour bien faire travailler la coordination motrice :

  1. Les jeunes doivent pratiquer plusieurs sports idéalement sport individuel et collectif car chaque discipline travaille une motricité spécifique. Plus des motricités différentes sont travaillées, plus grosse sera la base de connaissance.
  2. Aller crescendo dans les apprentissages de coordination, c’est-à-dire du plus simple au plus complexe. On voit de temps en temps des coachs qui proposent un travail compliqué puis, devant l’échec des joueurs, proposent autre chose de plus simple. C’est l’inverse qui doit être fait, ce n’est pas une perte de temps, c’est une garantie de réussite.
  3. Comme nous l’avons vu dans le paragraphe précédent, le travail de coordination se fait avant le travail physique à proprement dit, concrètement, avant 12 ans. Il ne faut pas sauter les étapes.
  4. Lors d’un travail de coordination, il faut laisser le jeune joueur résoudre lui-même le problème posé, au pire l’aiguiller mais ne pas lui donner la solution. L’autonomie est un point important dans la vie.
  5. Le travail de coordination peut être continu, certes le gros doit être fait entre 9 et 12 ans mais la puberté rabat un peu les cartes. Si vous remarquez un joueur de 15-16 ans en retard sur la coordination, il faut lui faire travailler, ce sera payant assez vite !

Quelques exemples de travail de coordination motrice au football

Si l’on reprend le principe de l’ORDRE (5 qualités de coordination), sur un travail de gammes (passes avec ou sans contrôle) :

  • Orientation : en l’air, 1/2 tour, départ allongé… tout ce qui va varier de la réception basique d’une passe.
  • Rythme : passes lentes, rapides, contrôle d’1 pied et passe de l’autre…
  • Différenciation : dissocier le haut et le bas du corps, le bas fait la passe et le haut tape des mains (1 coup devant, 1 coup derrière le dos…), jongle avec balle de tennis…
  • Réaction : à l’aide d’un signal (visuel ou sonore), le joueur devra faire une flexion, courir en arrière ou en avant, sauter (etc.) avant de contrôler et passer la balle.
  • Équilibre : le plus intéressant étant d’être sur une jambe avant la réception de la basse pour travailler l’équilibre.

Travail avec matériel

Tout ce qui va être travail avec échelle de rythme, plots, mini-haies (etc.) sera bénéfique, avec les exemples ci-dessus, vous avez compris qu’il faut jouer sur les 5 qualités de coordination. Voici pêle-mêle quelques exemples :

  • Passer sous un obstacle
  • Départ au signal
  • Changement de rythme
  • 1/2 tour
  • Slalom
  • Sauts dans cerceaux
  • Maniement de la balle avec plots
  • Pas-chassés
  • Conduite (ou parcours) avec stop-ball au signal

Exercice de coordination motrice pour jeunes footballeurs

exercice de coordination motrice

Atelier 1 : slalom entre les piquets sans ballon en allure soutenue (ne pas toucher les piquets)

Atelier 2 : le joueur contourne le plot ou coupelle, prend le ballon, fait une passe dosée entre les plots (« a » dans le schéma) puis saut pieds joints par-dessus les mini-haies.

Atelier 3 : le joueur récupère le ballon, passe entre les plots vers l’atelier 4 et prend appui sur 1 seul pied dans les cerceaux (pied droit à droite, pied gauche à gauche).

Atelier 4 : slalom avec ballon, l’objectif est la précision et non la vitesse. A la fin du slalom, passe au camarade qui est à l’atelier 6, passe entre les plots « c ».

Atelier 5 : échelle de rythme, chaque étage doit être touché par les 2 pieds mais non joints.

Atelier 6 : le joueur fait un contrôle orienté, passe la balle doucement dessous la mini haie, saute dessus. Il y a une alternance de petites mini haies et de grandes mini-haies. Une fois terminée, il fait un stop-ball à l’atelier 2 et retourne à l’atelier 1.

Autres articles sur le travail physique des jeunes au football

 

L’Equipe Prépa Physique

4.9/5 - (36 votes)
×
×

Panier