Le football, comme tous les autres sports en France, est basé sur des catégories d’âges de 2 ans (u6-u7 /u8-u9 / … / u18-u19). Cela permet de faire jouer ensemble des joueurs qui ont le même âge, quoi de plus logique surtout que, dans la majorité des cas, on distingue assez vite les 1ères années des 2èmes années par leur morphologie… ce qui est un biais pour le développement et le travail physique des jeunes joueurs.

bio banding

Il existe une méthode, appelée le bio banding, qui permet de regrouper les jeunes sur un autre critère : l’âge biologique. C’est très important pour développer l’aspect technique, mental mais également pour la préparation physique des jeunes footballeurs. Nous allons voir cela dans l’article en définition l’âge biologique avec des conseils pour appliquer le bio-banding dans votre club.

Qu’est-ce que le bio banding ?

Il s’agit de regrouper les jeunes joueurs par leur âge biologique et non par leur âge chronologique. 

Qu’est-ce que l’âge biologique et l’âge chronologique ?

L’âge biologique est en quelque sorte la maturité physique du joueur, son état de croissance tandis que l’âge chronologique est l’âge calendaire, vous êtes né en 2010, vous avez 10 ans en 2020. Dans les 2 cas, il s’agit de regrouper les joueurs mais le bio banding permet de les regrouper par « niveau d’avancement de croissance » plutot que par âge car nous savons très bien que les pics de croissance sont inégalitaires. Certains vont pousser très vite quand d’autres iront progressivement, il n’est pas rare de grandir jusqu’à 18 voire 20 ans.

En quoi le bio banding est intéressant pour le sport ?

Savez-vous en quoi la formation au rugby néo-zélandais se démarque de bons nombres d’autres formations ? Ils appliquent depuis des années le bio banding, les regroupements se font par maturité et non par âge. Vous connaissez un peu le rugby, si vous avez un joueur costaud qui casse tout avec sa catégorie d’âge, s’il rencontre des joueurs de son niveau physique (corpulence…), il va devoir développer d’autres habilités pour progresser et franchir ses adversaires.

Appliquons cela au football :

  • Vous avez un joueur puissant ou rapide, il va surjouer de cette qualité pour avancer sur le terrain mais s’il se confronte à des joueurs ayant les mêmes qualités (ou plutot maturité dans le développement physique), il va devoir travailler d’autres aspects pour progresser (technique individuelle…).
  • Inversement, imaginez un joueur petit par la taille, il se fait « manger physiquement » mais s’il s’entraine avec des joueurs ayant les mêmes caractéristiques, il trouvera plus sa place et vous, l’entraineur, verrez certainement plus facilement ses qualités.

Une étude réalisée à Manchester United (Angleterre) a révélé que parmi les joueurs qu’ils sélectionnaient, il y avait jusqu’à 10 fois plus de joueurs affichant un développement biologique précoce que de joueurs au développement biologique tardif (Buchheit & Mendez-Villanueva, 2014). Ce ne sont pas forcément les meilleurs joueurs qui ont été remarqués mais ceux le plus en avance dans leur croissance.

Le bio banding permet donc aux joueurs ayant un développement biologique précoce de ne pas tout miser sur leur physique pour progresser et aux joueurs ayant un développement biologique tardif, de pouvoir progresser sans avoir de frein physique.

Comment mettre en place le bio banding ?

Il faut donc réussir à connaitre l’âge biologique des joueurs, pour cela, il existe la méthode Mirwald qui consiste à mesurer la masse corporel du joueur (taille debout et assis ainsi que son poids), voici un tableau que nous avons reproduit pour qu’il soit simple : Excel méthode Mirwald. Vous aurez ainsi 3 catégories qui vont ressortir : précoce, normal ou tarif ce qui vous permettra de faire un classement par âge biologique.

Cependant, il ne faut pas faire cela pour toute l’école de football, nous conseillons d’exclure les u6 à u7 voire u9 qui sont encore là pour s’amuser. La méthode Mirwald peut être appliquée aux catégories u10 à u16 afin d’optimiser le travail technique et physique entre des joueurs du même niveau. Avec cette méthode, ce n’est plus le physique qui fera la différence, les joueurs devront évoluer sur d’autres sphères.

L’entraineur reste cependant le seul maître à bord, il peut, à la marge, transférer quelques joueurs d’un groupe à l’autre pour des raisons techniques ou sociales.

Quand mettre en place le bio banding ?

A tous les entrainements bien sûr 🙂 Humour… si vous faites 2 entrainements par semaine (minimum), il serait pertinent d’en faire 1 sous cette forme, idéalement celui qui concerne le travail physique. Plus il y a d’entrainements en bio banding, plus vos joueurs y gagnent mais il faut aussi créer un groupe, des automatismes (etc) en vue des résultats du week-end, c’est pour cela que notre proposition est pertinente.

Conclusion sur le bio banding

Tout comme il est important de faire des groupes de niveaux physiques chez les séniors, le bio banding permet d’optimiser le travail au niveau de l’école de foot pour aider les jeunes précoces à ne pas trop jouer sur leur physique et aux jeunes plus tardifs en terme de croissance, à prendre confiance en eux. Tout le monde y est gagnant !

Autres articles sur les jeunes footballeurs

 

L’Equipe Prépa Physique

Fermer le menu
×
×

Panier