Lors d’un travail physique, l’objectif principal est que le joueur progresse physiquement tout au long des exercices, des semaines de travail pour atteindre son apogée physique à une date précise. Par exemple, chez les professionnels, les gros clubs font de telle sorte que les joueurs soient au top physiquement à compter de février, date des huitième de finale de Ligue des Champions. Autre exemple, en Coupe du Monde, les équipes favorites font un travail physique pour être au top vers les quart de finale, lorsque les matchs importants débutent. Ce principe a un nom : la surcompensation. 

 

Qu’est ce que le principe de surcompensation au sport ?

L’objectif principal est d’augmenter son niveau physique au fur et à mesure des séances, des semaines d’entrainement. Cette une notion à regarder de manière macro (hebdomadaire voire mensuelle) et non entrainement par entrainement ! Voici un schéma qui explique la surcompensation :

 

principe de surcompensation

  • Le joueur débute à un certain niveau physique nommé Niveau initial dans le schéma.
  • Lorsqu’il effectue un entrainement physique (ou une somme d’entrainements), il est fatigué par ce dernier (zone en rouge), sa courbe physique est donc descendante, c’est logique, l’entrainement physique l’ayant fatigué => plus l’entrainement aura été difficile, plus la fatigue (et donc la courbe) sera importante.
  • Ensuite, la récupération (en violet) fait effet, le joueur se sent mieux
  • Et si le travail physique effectué est cohérent (il existe de nombreux critères, cf paragraphe suivant), il débutera la séance suivante en ayant progressé au niveau physique (partie verte)

La surcompensation est donc le fait d’avoir une courbe physique qui augmente au fur et à mesure illustré par l’écart entre la ligne noir du niveau initial et celle du niveau S2.

 

Comment gérer la surcompensation ?

La clé du succès pour le principe de surcompensation est de gérer les séances d’entrainement en fréquence, en intensité et les périodes de récupération. Voici les règles pour effectuer un travail entraînant le principe de surcompensation

Difficulté du travail physique

Pour faire progresser physiquement les joueurs, ils doivent travailler et par essence, ne pas rester dans leur zone de confort ! Il faut donc une fatigue significative. Trop souvent, les entraineurs ont peur de fatiguer leurs joueurs pour éviter les blessures, par peur qu’ils soient fatigués pour le 1er match de la saison ou parce les joueurs n’aiment pas cela… mais avec un travail physique ciblé, il n’y a aucun risque, au contraire.

Fréquence du travail physique

C’est un critère souvent négligé, le travail physique doit, notamment durant la préparation d’avant saison, être régulier. Il faut y accorder du temps à chaque séance tout en gardant également une partie ballon. C’est dans la fréquence que la difficulté physique se met également en place et donc, in fine, la surcompensation.

 

Voir nos offres de prépa physique football clé en main

 

Récupération au sens large





Le schéma est clair, la récupération a une importance capitale car si elle n’est pas respectée, la courbe ne revient pas au niveau initial, le joueur sera donc fatigué… Attention, nous parlons sur des blocs d’entrainements et non entrainement par entrainement ! Forcément, durant la prépa physique, les joueurs seront fatigués, il faut voir la surcompensation de manière hebdomadaire voire mensuelle et non quotidienne !

La récupération passe par du repos (une bonne nuit de sommeil), une bonne hydratation (1.5L d’eau minimum par jour et 1L minimum par entrainement) et une alimentation adaptée (viande blanche ou poisson, légumes et féculents, fruits…). Les étirements se font à froid soit 2h après les entrainements.

Voici les 3 choses à ne pas faire pour bénéficier de la surcompensation

  1. Faire des entrainements physique trop faciles pour les joueurs car il n’y aura aucune progression
  2. Faire des entrainements physique trop espacés (une séance par semaine en période de préparation physique estivale)
  3. Ne pas laisser suffisamment de repos (ou à l’inverse trop de repos) entre les séances

 

Attention au surentrainement

A l’opposé de la surcompensation, il existe le surentrainement qui consiste en une baisse du niveau physique suite à l’enchainement des entrainements. Il est souvent du à un problème sur les périodes de repos qui sont trop courtes, trop faibles mais également avec un travail physique mal proportionné (trop de travail enchainé). C’est pour cela que nous recommandons nos programmes physiques clés en main, pour éviter les problèmes et ainsi avoir toute la partie physique gérée déja programmée.

 

Voir nos offres de prépa physique football clé en main

 

L’Equipe Prépa Physique

La surcompensation au sport
3.7/5 - 3 votes
La surcompensation au sport
[an error occurred while processing this directive]

INSCRIPTION NEWSLETTER

Nous respectons votre vie privée, vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez

Fermer la fenêtre


Restez à la pointe de la préparation physique en vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

  • Exemples d'exercices physiques
  • Définition des termes importants
  • Trucs et astuces pour optimiser la préparation physique
  • Jeux concours